AMAZONÍA Amazonia

LAÏCAT DOMINICAIN ET “QUERIDA AMAZONIA”

LE LAÏCAT DOMINICAIN DANS LA PERSPECTIVE DE "QUERIDA AMAZONIA"

Avec l’Encyclique Laudato Si’ sur l'”écologie intégrale” (2015), le pape François a rendu évident et tout à fait d’actualité ce qui est débattu dans le monde entier, car le sujet qu’il aborde touche l’humanité tout entière. Il s’agit d’une lettre adressée à toutes les personnes de bonne volonté qui se préoccupent de l’environnement et de la santé de la planète, notre maison commune.

Le Saint Père définit comme écologie intégrale : “… celle qui a clairement des dimensions humaines et sociales” (n. 137), et aborde les différents types d’écologie : environnementale, économique et sociale, culturelle et, enfin, celle de la vie quotidienne ; fondée sur deux principes : le bien commun et la justice entre les générations.

En résumé, “il n’y a pas deux crises séparées, l’une environnementale et l’autre sociale, mais une seule et complexe crise socio-environnementale. Les possibilités de solution requièrent une approche intégrale pour combattre la pauvreté, pour rendre la dignité aux exclus et simultanément pour préserver la nature” (n. 139)

L’une des possibilités de solution a permis la réalisation de l’Assemblée spéciale du Synode des évêques pour la région pan-amazonienne, dont le document final intitulé “Amazonie : nouveaux chemins pour l’Église et pour une écologie intégrale” a fourni quelques outils au pape François pour promulguer l’Exhortation apostolique post-synodale “Querida Amazonia”.[1] Cela nous permet de réfléchir sur certains éléments pertinents concernant la présence du laïcat dominicain dans six des neuf pays de la région qui composent le Réseau ecclésial pan amazonien (REPAN)[2], composé de Brésil, Bolivie, Colombie, Équateur, Guyane, Pérou, Surinam, Venezuela et Guyane française.

Quatre rêves sont évoqués dans l’Exhortation : un rêve social, un rêve culturel, un rêve écologique et un rêve ecclésial. Ces rêves sont adressés -et se réfèrent- explicitement aux laïcs dans le chapitre IV intitulé “Un rêve ecclésial”, avec des thèmes tels que l’inculturation du ministère, la communion et la participation de tous les visages Amazoniens.

1. L’INCULTURATION DU MINISTÈRE

Il souligne l’engagement et la responsabilité des laïcs pour pouvoir

” … annoncer la Parole, enseigner, organiser leurs communautés, célébrer certains sacrements, chercher différentes voies pour la piété populaire et développer la multitude des dons que l’Esprit répand en eux. Mais ils ont besoin de la célébration de l’Eucharistie parce qu’elle « fait l’Église », et nous en sommes arrivés à dire qu’ « aucune communauté chrétienne ne peut se construire sans trouver sa racine et son centre dans la célébration de la très sainte Eucharistie ». Si vraiment nous croyons qu’il en est ainsi, il est urgent d’éviter que les peuples amazoniens soient privés de cet aliment de vie nouvelle et du sacrement du pardon.” (n. 89)

2. DES COMMUNAUTÉS DYNAMIQUES

La formation humaine et chrétienne implique, entre autres aspects, l’approfondissement du Kerygme (n. 65) pour une croissance et un développement adéquats des communautés, qui requièrent “l’Eucharistie, source et sommet, exige que cette richesse multiforme se développe. Il faut des prêtres, mais cela n’empêche pas que, d’une façon ordinaire, les diacres permanents – qui devraient être beaucoup plus nombreux en Amazonie –, les religieuses et même les laïcs assument des responsabilités importantes pour la croissance des communautés, et arrivent à maturité dans l’exercice de ces fonctions grâce à un accompagnement adéquat. ” (n. 92).

Il est nécessaire d’avoir davantage de dirigeants qui soient protagonistes de la communion et de la participation ecclésiales car, comme le souligne l’Exhortation, c’est une Église aux visages amazoniens qui “… requiert la présence stable de responsables laïcs adultes et dotés d’autorité qui connaissent les langues, les cultures, l’expérience spirituelle et la manière de vivre en communauté de chaque lieu et qui laissent en même temps un espace à la multiplicité des dons que l’Esprit Saint sème en tous. Car là où il y a des besoins particuliers, l’Esprit a déjà répandu les charismes qui permettent de leur donner une réponse. Cela demande à l’Église une capacité d’ouvrir des chemins à l’audace de l’Esprit, pour faire confiance et pour permettre de façon concrète le développement d’une culture ecclésiale propre, nettement laïque. Les défis de l’Amazonie exigent de l’Église un effort particulier pour assurer une présence capillaire qui est possible seulement avec un rôle important des laïcs ” (n. 94).

3. LA PRÉSENCE DE LAÏCS DOMINICAINS DANS LA PERSPECTIVE DE “QUERIDA AMAZONIA”.

Depuis l’arrivée des Espagnols en Amérique (1492), les Dominicains sont présents sur le “continent de l’espérance”, comme l’a souligné Benoît XVI.  C’est une famille dominicaine qui œuvre pour l’évangélisation des peuples, pour le salut des hommes tel qu’établi par les Constitutions de l’Ordre, pour les droits de l’homme et pour la formation intégrale de la personne et de chacun de ceux qui participent à la construction du Royaume de Dieu ici et maintenant.

Dans “Querida Amazonia” sont énoncés plusieurs termes qui s’adressent aux laïcs, comme des appels à annoncer la Parole, à enseigner, à organiser, à célébrer, à rechercher et à mettre au service de la communauté les dons et les charismes que l’Esprit a répandus sur chaque être humain pour développer une culture de communion et de participation ecclésiale ; Comme l’a déclaré Jean-Paul II dans son Exhortation post-synodale “Christifideles laici”, publiée le 30 décembre 1988, sur “la vocation et la mission des laïcs dans l’Église et dans le monde”, dans laquelle est évidente  la contribution du Fr. Yves Congar, O.P. (1904-1995) à la réflexion théologique qui fournit des outils au cheminement de la théologie pour discerner le rôle des fidèles laïcs dans une ecclésiologie de communion, de participation et de mission.

À cet égard, dans son article intitulé “La contribution d’Yves Congar à la réflexion théologique sur le laïcat”, Ramiro Pellitero (2004) affirme que notre frère Congar “… loue sa richesse et son contenu, sa structure et son unité, et son lien avec Vatican II et l’Écriture… […] et souligne que la perspective de la mission est liée à la réflexion de l’Église sur elle-même (Lumen gentium) et sur sa relation avec le monde (Gaudium et spes). Il souligne trois points : la responsabilité des laïcs en tant que sujets actifs dans l’Église et dans l’histoire de l’humanité ; la valeur des “ministères spontanés” (non ordonnés) aux côtés des ministères ordonnés et des charismes ; le fondement anthropologique et théologique de la distinction homme-femme et la contribution des femmes dans la société et dans l’Église”[3].

En ce sens, nous pouvons affirmer que ces éléments sont déjà en cours de développement, comme la responsabilité, la valeur des ministères spontanés et la contribution des femmes dans la société et dans l’Église à partir de l’inculturation du ministère, attestée par les différents groupes, fraternités et mouvements de jeunesse qui ont une passion pour la Vérité, un zèle pour la prédication et participent à divers programmes en tant que bénévoles dans la “Querida Amazonia”.

Monseigneur David Martinez, O.P. évêque du Vicariat Apostolique de Puerto Maldonado et Secrétaire Spécial du Synode a souligné que : “Le titre (de l’Exhortation) est déjà un reflet du cœur du Pape qui montre un amour profond pour ce territoire particulier et ses peuples. L’exhortation est un poème d’amour proclamé à toute l’Église universelle et à tous les hommes de bonne volonté. C’est un poème qui dénonce tous les crimes et toutes les injustices et qui contemple aussi les merveilles de ses forêts et de ses habitants”[4].

La famille dominicaine en Amérique latine et dans les Caraïbes fait de grands efforts pour partager l’expérience de l’Évangile à travers les provinces, les vice-provinces et les vicariats, par le biais des différentes communautés de sœurs de vie contemplative et apostolique ; cela se traduit par la collaboration d’entités telles que la Conférence interprovinciale des dominicains d’Amérique latine et des Caraïbes (CIDALC), la Confédération des sœurs dominicaines d’Amérique latine et des Caraïbes (CODALC), le Mouvement de la jeunesse dominicaine (IDYM- MJD) et, bien sûr, le Conseil des fraternités laïques dominicaines d’Amérique latine et des Caraïbes (COFALC).

La Famille dominicaine est présente au Brésil, en Bolivie, en Colombie, en Équateur, au Pérou et au Venezuela ; six des neuf pays qui composent cette nouvelle Exhortation apostolique post-synodale “Querida Amazonia” et auxquels elle s’adresse. Un bon nombre de fraternités de l’Ordre et de jeunes dominicains contribuent au kérygme de la foi avec la joie de l’Évangile dans cette partie du monde, qui continue aujourd’hui à être un défi pour la “Synergie de la vie et de la mission” de l’Ordre, comme l’a souligné le chapitre général de Biên Hòa (2019).

La formation des laïcs est un grand défi pour le renouvellement de la prédication. En ce sens, la Règle des Fraternités Laïques de Saint Dominique et les Déclarations Générales (2019) définissent les principales sources de la formation dominicaine : 1) La Parole de Dieu et la réflexion théologique, 2) La prière liturgique, 3) L’histoire et la tradition de l’Ordre, 4) Les documents contemporains de l’Eglise et de l’Ordre, et 5) L’étude des signes des temps.

Ces cinq sources sont l’occasion de continuer à progresser dans ” … la présence stable de responsables laïcs adultes et dotés d’autorité qui connaissent les langues, les cultures, l’expérience spirituelle et la manière de vivre en communauté de chaque lieu et qui laissent en même temps un espace à la multiplicité des dons que l’Esprit Saint sème en tous. “, comme le souligne l’Exhortation (n. 94), et de vivre le vrai sens de la contemplation à la suite du Christ à partir de la spiritualité et du charisme de l’Ordre des Prêcheurs.

Dans son Exhortation, le Pape François souligne que les défis de l’Amazonie “… exigent de l’Église un effort particulier pour assurer une présence capillaire qui est possible seulement avec un rôle important des laïcs. (n. 94).  

En ce sens, il existe plusieurs expériences[5] dans cette perspective de “Querida Amazonia” : l’une d’entre elles est réalisée à travers le programme “Forêts amazoniennes”, dirigé et accompagné par nos frères de la Famille dominicaine en Espagne, qui ont voulu l’appeler : “Amazionados por la dignidad de los pueblos indígenas”, qui nous motive et nous invite à continuer de contribuer à notre “Querida Amazonia” ; c’est une grande opportunité de connaître, nourrir et vivre le charisme de la contemplation et de la prédication à travers l’engagement, la responsabilité sociale, culturelle, écologique et ecclésiale.

 

Juan Ubaldo LÓPEZ SALAMANCA, O. P.
Promoteur Général des Laïcs

Rome, 10/03/2020
____________________

  • Ordre des Prêcheurs, Règle des Fraternités Laïques de Saint Dominique et Déclarations générales, Rome 2019
  • Ordre des prêcheurs, Actes du Chapitre général, Biên Hòa, 2020.
  • PELLITERO, Ramiro. 2004. Contribution d’Yves Congar à la réflexion théologique sur les laïcs. Consulté le 2 mars 2020 sur le site de Scripta Theologica : https://revistas.unav.edu//index.php/scripta-theologica/article/view/13713
  • http://www.vatican.va/content/francesco/es/apost_exhortations/documents/papa-francesco_esortazione-ap_20200202_querida-amazonia.html
  • https://idi.op.org/idi-595-february-2020/
  • https://www.selvasamazonicas.org/como-colaborar/voluntariado
  • https://www.rtve.es/alacarta/videos/pueblo-de-dios/pueblo-dios-selvas-amazonicas-peregrinos-justicia/5521009/
  • https://redamazonica.org

 

[1] Francis. Exhortation apostolique post-synodale. 2 février 2020. Consulté sur : http://www.vatican.va/content/francesco/es/apost_exhortations/documents/papa-francesco_esortazione-ap_20200202_querida-amazonia.html

[2] Réseau ecclésial pan-amazonien. 28 février 2020. Consulté sur : https://redamazonica.org

[3] PELLITERO, Ramiro. 2004. Contribution d’Yves Congar à la réflexion théologique sur les laïcs. Consulté le 2 mars 2020 sur le site de Scripta Theologica : https://revistas.unav.edu//index.php/scripta-theologica/article/view/13713

[4] Ordre des Prêcheurs. Le 2 mars 2020. Consulté sur : https://idi.op.org/idi-595-february-2020/

[5] Consultez les expériences sur : https://www.selvasamazonicas.org/como-colaborar/voluntariado et sur https://www.rtve.es/alacarta/videos/pueblo-de-dios/pueblo-dios-selvas-amazonicas-peregrinos-justicia/5521009/

LAÏCAT DOMINICAIN ET “QUERIDA AMAZONIA”https://www.fraternitiesop.com/wp-content/uploads/2020/03/Sinodo-Amazzonia.jpghttps://www.fraternitiesop.com/wp-content/uploads/2020/03/Sinodo-Amazzonia-150x150.jpgJuan Ubaldo LÓPEZ SALAMANCAFrenchPromoter GeneralSlider,
LE LAÏCAT DOMINICAIN DANS LA PERSPECTIVE DE 'QUERIDA AMAZONIA' Avec l'Encyclique Laudato Si' sur l''écologie intégrale' (2015), le pape François a rendu évident et tout à fait d'actualité ce qui est débattu dans le monde entier, car le sujet qu'il aborde touche l'humanité tout entière. Il s'agit d'une lettre adressée...
<h4>LE LAÏCAT DOMINICAIN DANS LA PERSPECTIVE DE "QUERIDA AMAZONIA" </h4> <p>Avec l'Encyclique Laudato Si' sur l'"écologie intégrale" (2015), le pape François a rendu évident et tout à fait d'actualité ce qui est débattu dans le monde entier, car le sujet qu'il aborde touche l'humanité tout entière. Il s'agit d'une lettre adressée à toutes les personnes de bonne volonté qui se préoccupent de l'environnement et de la santé de la planète, notre maison commune.</p><p>Le Saint Père définit comme écologie intégrale :<em> "... celle qui a clairement des dimensions humaines et sociales"</em> (n. 137), et aborde les différents types d'écologie : environnementale, économique et sociale, culturelle et, enfin, celle de la vie quotidienne ; fondée sur deux principes : le bien commun et la justice entre les générations.</p><p>En résumé,<em> "il n'y a pas deux crises séparées, l'une environnementale et l'autre sociale, mais une seule et complexe crise socio-environnementale. Les possibilités de solution requièrent une approche intégrale pour combattre la pauvreté, pour rendre la dignité aux exclus et simultanément pour préserver la nature"</em> (n. 139)</p><p>L’une des possibilités de solution a permis la réalisation de l'Assemblée spéciale du Synode des évêques pour la région pan-amazonienne, dont le document final intitulé <em>"Amazonie : nouveaux chemins pour l'Église et pour une écologie intégrale" </em>a fourni quelques outils au pape François pour promulguer l'Exhortation apostolique post-synodale <em>"Querida Amazonia".</em><a href="#_ftn1" name="_ftnref1">[1]</a> Cela nous permet de réfléchir sur certains éléments pertinents concernant la présence du laïcat dominicain dans six des neuf pays de la région qui composent le Réseau ecclésial pan amazonien (REPAN)<a href="#_ftn2" name="_ftnref2">[2]</a>, composé de Brésil, Bolivie, Colombie, Équateur, Guyane, Pérou, Surinam, Venezuela et Guyane française.</p><p>Quatre rêves sont évoqués dans l'Exhortation : un rêve social, un rêve culturel, un rêve écologique et un rêve ecclésial. Ces rêves sont adressés -et se réfèrent- explicitement aux laïcs dans le chapitre IV intitulé "Un rêve ecclésial", avec des thèmes tels que l'inculturation du ministère, la communion et la participation de tous les visages Amazoniens.</p><h3>1. L'INCULTURATION DU MINISTÈRE</h3><p>Il souligne l'engagement et la responsabilité des laïcs pour pouvoir</p><p>" ... <em>annoncer la Parole, enseigner, organiser leurs communautés, célébrer certains sacrements, chercher différentes voies pour la piété populaire et développer la multitude des dons que l’Esprit répand en eux. Mais ils ont besoin de la célébration de l’Eucharistie parce qu’elle « fait l’Église », et nous en sommes arrivés à dire qu’ « aucune communauté chrétienne ne peut se construire sans trouver sa racine et son centre dans la célébration de la très sainte Eucharistie ». Si vraiment nous croyons qu’il en est ainsi, il est urgent d’éviter que les peuples amazoniens soient privés de cet aliment de vie nouvelle et du sacrement du pardon</em>." (n. 89)</p><h3>2. DES COMMUNAUTÉS DYNAMIQUES</h3><p>La formation humaine et chrétienne implique, entre autres aspects, l'approfondissement du <em>Kerygme</em> (n. 65) pour une croissance et un développement adéquats des communautés, qui requièrent "<em>l’Eucharistie, source et sommet, exige que cette richesse multiforme se développe. Il faut des prêtres, mais cela n’empêche pas que, d’une façon ordinaire, les diacres permanents – qui devraient être beaucoup plus nombreux en Amazonie –, les religieuses et même les laïcs assument des responsabilités importantes pour la croissance des communautés, et arrivent à maturité dans l’exercice de ces fonctions grâce à un accompagnement adéquat</em>. " (n. 92).</p><p>Il est nécessaire d'avoir davantage de dirigeants qui soient protagonistes de la communion et de la participation ecclésiales car, comme le souligne l'Exhortation, c'est une Église aux visages amazoniens qui "... <em>requiert la présence stable de responsables laïcs adultes et dotés d’autorité qui connaissent les langues, les cultures, l’expérience spirituelle et la manière de vivre en communauté de chaque lieu et qui laissent en même temps un espace à la multiplicité des dons que l’Esprit Saint sème en tous. Car là où il y a des besoins particuliers, l’Esprit a déjà répandu les charismes qui permettent de leur donner une réponse. Cela demande à l’Église une capacité d’ouvrir des chemins à l’audace de l’Esprit, pour faire confiance et pour permettre de façon concrète le développement d’une culture ecclésiale propre, nettement laïque. Les défis de l’Amazonie exigent de l’Église un effort particulier pour assurer une présence capillaire qui est possible seulement avec un rôle important des laïcs</em> " (n. 94).</p><h3>3. LA PRÉSENCE DE LAÏCS DOMINICAINS DANS LA PERSPECTIVE DE "QUERIDA AMAZONIA".</h3><p>Depuis l'arrivée des Espagnols en Amérique (1492), les Dominicains sont présents sur le <em>"continent de l'espérance",</em> comme l'a souligné Benoît XVI.  C'est une famille dominicaine qui œuvre pour l'évangélisation des peuples, pour le salut des hommes tel qu'établi par les Constitutions de l'Ordre, pour les droits de l'homme et pour la formation intégrale de la personne et de chacun de ceux qui participent à la construction du Royaume de Dieu ici et maintenant.</p><p>Dans<em> "Querida Amazonia"</em> sont énoncés plusieurs termes qui s'adressent aux laïcs, comme des appels à <em>annoncer la</em> Parole, à <em>enseigner, à organiser, à célébrer, à rechercher et à mettre au</em> service de la communauté les dons et les charismes que l'Esprit a répandus sur chaque être humain pour <em>développer</em> une culture de communion et de participation ecclésiale ; Comme l'a déclaré Jean-Paul II dans son Exhortation post-synodale "<em>Christifideles laici",</em> publiée le 30 décembre 1988, sur "la <em>vocation et la mission des laïcs dans l'Église et dans le monde", </em>dans laquelle est évidente  la contribution du Fr. Yves Congar, O.P. (1904-1995) à la réflexion théologique qui fournit des outils au cheminement de la théologie pour discerner le rôle des fidèles laïcs dans une ecclésiologie de communion, de participation et de mission.</p><p>À cet égard, dans son article intitulé <em>"La contribution d'Yves Congar à la réflexion théologique sur le laïcat"</em>, Ramiro Pellitero (2004) affirme que notre frère Congar "... loue sa richesse et son contenu, sa structure et son unité, et son lien avec Vatican II et l'Écriture... [...] et souligne que la perspective de la mission est liée à la réflexion de l'Église sur elle-même (<em>Lumen gentium)</em> et sur sa relation avec le monde<em> (Gaudium et spes</em>). Il souligne trois points : la responsabilité des laïcs en tant que sujets actifs dans l'Église et dans l'histoire de l'humanité ; la valeur des "ministères spontanés" (non ordonnés) aux côtés des ministères ordonnés et des charismes ; le fondement anthropologique et théologique de la distinction homme-femme et la contribution des femmes dans la société et dans l'Église"<a href="#_ftn3" name="_ftnref3">[3]</a>.</p><p>En ce sens, nous pouvons affirmer que ces éléments sont déjà en cours de développement, comme la responsabilité, la valeur des ministères spontanés et la contribution des femmes dans la société et dans l'Église à partir de l'inculturation du ministère, attestée par les différents groupes, fraternités et mouvements de jeunesse qui ont une passion pour la Vérité, un zèle pour la prédication et participent à divers programmes en tant que bénévoles dans la <em>"Querida Amazonia"</em>.</p><p>Monseigneur David Martinez, O.P. évêque du Vicariat Apostolique de Puerto Maldonado et Secrétaire Spécial du Synode a souligné que :<em> "Le titre (de l'Exhortation) est déjà un reflet du cœur du Pape qui montre un amour profond pour ce territoire particulier et ses peuples. L'exhortation est un poème d'amour proclamé à toute l'Église universelle et à tous les hommes de bonne volonté. C'est un poème qui dénonce tous les crimes et toutes les injustices et qui contemple aussi les merveilles de ses forêts et de ses habitants"<a href="#_ftn4" name="_ftnref4"><strong>[4]</strong></a>.</em></p><p>La famille dominicaine en Amérique latine et dans les Caraïbes fait de grands efforts pour partager l'expérience de l'Évangile à travers les provinces, les vice-provinces et les vicariats, par le biais des différentes communautés de sœurs de vie contemplative et apostolique ; cela se traduit par la collaboration d’entités telles que la Conférence interprovinciale des dominicains d'Amérique latine et des Caraïbes (CIDALC), la Confédération des sœurs dominicaines d'Amérique latine et des Caraïbes (CODALC), le Mouvement de la jeunesse dominicaine (IDYM- MJD) et, bien sûr, le Conseil des fraternités laïques dominicaines d'Amérique latine et des Caraïbes (COFALC).</p><p>La Famille dominicaine est présente au Brésil, en Bolivie, en Colombie, en Équateur, au Pérou et au Venezuela ; six des neuf pays qui composent cette nouvelle Exhortation apostolique post-synodale<em> "Querida Amazonia" </em>et auxquels elle s'adresse<em>. </em>Un bon nombre de fraternités de l'Ordre et de jeunes dominicains contribuent au <em>kérygme de la</em> foi avec la joie de l'Évangile dans cette partie du monde, qui continue aujourd'hui à être un défi pour la <em>"Synergie de la vie et de la mission" de l'Ordre,</em> comme l'a souligné le chapitre général de Biên Hòa (2019).</p><p>La formation des laïcs est un grand défi pour le renouvellement de la prédication. En ce sens, la Règle des Fraternités Laïques de Saint Dominique et les Déclarations Générales (2019) définissent les principales sources de la formation dominicaine : 1) La Parole de Dieu et la réflexion théologique, 2) La prière liturgique, 3) L'histoire et la tradition de l'Ordre, 4) Les documents contemporains de l'Eglise et de l'Ordre, et 5) L'étude des signes des temps.</p><p>Ces cinq sources sont l'occasion de continuer à progresser dans <em>" ... </em><em>la présence stable de responsables laïcs adultes et dotés d’autorité qui connaissent les langues, les cultures, l’expérience spirituelle et la manière de vivre en communauté de chaque lieu et qui laissent en même temps un espace à la multiplicité des dons que l’Esprit Saint sème en tous. ",</em> comme le souligne l'Exhortation (n. 94), et de vivre le vrai sens de la contemplation à la suite du Christ à partir de la spiritualité et du charisme de l'Ordre des Prêcheurs.</p><p>Dans son Exhortation, le Pape François souligne que les défis de l'Amazonie "... <em>exigent de l’Église un effort particulier pour assurer une présence capillaire qui est possible seulement avec un rôle important des laïcs.</em><em>"</em> (n. 94).  </p><p>En ce sens, il existe plusieurs expériences<a href="#_ftn5" name="_ftnref5">[5]</a> dans cette perspective de <em>"Querida Amazonia"</em> : l'une d'entre elles est réalisée à travers le programme <em>"Forêts amazoniennes", </em>dirigé et accompagné par nos frères de la Famille dominicaine en Espagne, qui ont voulu l'appeler :<em> "Amazionados por la dignidad de los pueblos indígenas",</em> qui nous motive et nous invite à continuer de contribuer à notre <em>"Querida Amazonia" ;</em> c’est une grande opportunité de connaître, nourrir et vivre le charisme de la contemplation et de la prédication à travers l'engagement, la responsabilité sociale, culturelle, écologique et ecclésiale.</p><p> </p><p>Juan Ubaldo LÓPEZ SALAMANCA, O. P.<br />Promoteur Général des Laïcs</p><p>Rome, 10/03/2020<br />____________________</p><ul><li>Ordre des Prêcheurs, Règle des Fraternités Laïques de Saint Dominique et Déclarations générales, Rome 2019</li><li>Ordre des prêcheurs, Actes du Chapitre général, Biên Hòa, 2020.</li><li>PELLITERO, Ramiro. 2004. <em>Contribution d'Yves Congar à la réflexion théologique sur les laïcs</em>. Consulté le 2 mars 2020 sur le site de Scripta Theologica : https://revistas.unav.edu//index.php/scripta-theologica/article/view/13713</li><li>http://www.vatican.va/content/francesco/es/apost_exhortations/documents/papa-francesco_esortazione-ap_20200202_querida-amazonia.html</li><li>https://idi.op.org/idi-595-february-2020/</li><li>https://www.selvasamazonicas.org/como-colaborar/voluntariado</li><li>https://www.rtve.es/alacarta/videos/pueblo-de-dios/pueblo-dios-selvas-amazonicas-peregrinos-justicia/5521009/</li><li>https://redamazonica.org</li></ul><p> </p><p><a href="#_ftnref1" name="_ftn1">[1]</a> Francis. Exhortation apostolique post-synodale. 2 février 2020. Consulté sur : http://www.vatican.va/content/francesco/es/apost_exhortations/documents/papa-francesco_esortazione-ap_20200202_querida-amazonia.html</p><p><a href="#_ftnref2" name="_ftn2">[2]</a> Réseau ecclésial pan-amazonien. 28 février 2020. Consulté sur : https://redamazonica.org</p><p><a href="#_ftnref3" name="_ftn3">[3]</a> PELLITERO, Ramiro. 2004. <em>Contribution d'Yves Congar à la réflexion théologique sur les laïcs. </em>Consulté le 2 mars 2020 sur le site de Scripta Theologica : https://revistas.unav.edu//index.php/scripta-theologica/article/view/13713</p><p><a href="#_ftnref4" name="_ftn4">[4]</a> Ordre des Prêcheurs. Le 2 mars 2020. Consulté sur : https://idi.op.org/idi-595-february-2020/</p><p><a href="#_ftnref5" name="_ftn5">[5]</a> Consultez les expériences sur <a href="https://www.selvasamazonicas.org/como-colaborar/voluntariado">: https://www.selvasamazonicas.org/como-colaborar/voluntariado</a> et sur <a href="https://www.rtve.es/alacarta/videos/pueblo-de-dios/pueblo-dios-selvas-amazonicas-peregrinos-justicia/5521009/">https://www.rtve.es/alacarta/videos/pueblo-de-dios/pueblo-dios-selvas-amazonicas-peregrinos-justicia/5521009/</a></p> <a href="#" role="button"> Read More </a>

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.